Qui est en ligne ?

Il y a 460 invités et aucun membre en ligne

Silhouette of a depressed-looking man who is alone (Wikimédia)

Les 5 piliers contre le Burnout.

(respecter votre inconscient et ressenti)


Le Burnout (épuisement professionnel sévère perpétuel) est multifactoriel: voici quelques pistes pour s'en sortir.

  1. « Chronos est ton ami » : C’est-à-dire qu’on doit faire du travail de qualité mais tout arrêter quand c’est exactement la dernière heure à la seconde près de la fin journée de travail.
    N’hésitez pas à répéter cette phrase mentalement "Chronos est ton ami" en rigolant de cette situation absurde de surcharge de travail et n’hésitez pas à signaler que le planning est intenable en l’état.
    Ne répondez jamais à des sollicitations professionnelles en dehors de heures de boulot (mails, téléphone etc.) car quand c’est fini, c’est réellement fini.
    Bon à savoir: les semaines de plus de 40h de travail majorent favorisent sérieusement le risque d'affection coronaire et d'accident cardiovasculaire (AVC) et les semaines de plus de 49h majorent les risques d'épuisement professionnel. (Lien: The lancet et le British medical journal ).
  2. « Mettre fin à la charge mentale »: avant la fin de la journée de travail, prendre un agenda : barrez tout ce que vous avez fait et noter ce qui doit être fait le lendemain ou plus tard et réellement tout oublier en sortant du boulot car on sait que c’est noté pour ne rien louper le lendemain.

  3. « Remplir son frigo »: N’oubliez jamais que vous travaillez avec minutie et consciencieusement pour gagner honnêtement votre vie, et que votre vie réelle n’est pas ce boulot.

  4. « Être comme une poêle en téflon »: ne jamais prendre les remarques désagréables comme des attaques personnelles mais comme des moyens de mieux faire son boulot en extrayant juste la fin réelle de cette demande tout en enlevant mentalement tout ce qui est désagréable et parfois injustifié.
    Ne pas hésiter à dire que cette remarque est assez violente et que vous ne comprenez pas pourquoi il faut être désagréable pour communiquer efficacement sur les problèmes rencontrés et que le ton employé vous blesse personnellement même si la remarque est pertinente. Laissez glisser sur vous tout le côté désagréable et déplacé de cette remarque et ne noter que le soucis rationnel rencontré exprimé.

  5. « Signer avec soit même un contrat épicurien campanien »:
    Pour être heureux, selon Epicure (qui détestait l’hédonisme), laissez exprimer intérieurement vos ressentiments profonds dans la vie de tous les jours et professionnelle :
    Si au final, vous ne voulez pas, ça sera un « NON »ferme et définitif, à condition que ce « NON » n’hypothèque ni votre vie ou avenir ou intégrité physique ou morale, et se répéter au final : « Chronos est ton ami » en finissant cette tâche ponctuelle désagréable (mais il faudra réfléchir si au final c'est toujours un "NON" (qui n'est pas lié à la fatigue ou à une sorte de procrastination) comment résoudre les mêmes demandes ultérieures pour que ça soit un "NON".).
    Si au final, ça vous fait plaisir, car c’est une belle demande justifiée : dire ♥ « OUI » ♥  !
    Respecter les désirs et refus de votre inconscient, c’est se respecter soit même au niveau de ses affects positifs, ses désirs et lutter contre les sentiments d’impuissance, de frustration.
    Dire oui peut être dévastateur parfois si l’inconscient ne veut réaliser cette demande.
    Si l’autre personne ne comprend pas, argumenter et dire ce qu’il y a au plus profond de votre cœur qui justifie votre refus de manière rationnelle ou émotionnelle parfois.

 

Profitez de votre vraie vie qui ne sera jamais votre travail consciencieux qui vous donne ensuite la satisfaction du travail bien fait qui flattera vos désirs et votre inconscient, inconscient qui vous laissera en paix quand la journée de travail est finie et oubliée. 


Les causes du Burnout sont multifactorielles:

Il s'agit d'un réel épuisement professionnel qui continue dans sa vie de tous les jours:

Schéma des causes de syndrome d'épuisement professionnel d'après le modèle de recherche de Carol Cordes et Thomas Dougherty (Carol Cordes, Thomas Dougherty, Academy of Management Review, vol. 18 : integration of research on job burnout, 1993 ISSN 0363-7425, p. 621–659)

 

Le Burnout: symptômes 


Les symptômes sont variés mais on note:

[NB: Le truc le plus fabuleux du Burnout, c'est qu'on ne sait pas qu'on est en plein Burnout.
On pense à un gros coup de pompe, une fatigue passagère, mais au final qui dure.
Et c'est déjà trop tard car ça va être long pour s'en sortir.]


Des signes sont repérables:

  • La seule motivation de la journée est de rentrer chez soi se coucher;
  • On s'isole socialement et on recherche la solitude (car on n'a pas envie de voir les gens qu'on apprécie car on ne veut pas leur faire subir ça et se montrer en état de faiblesse);
  • Le logement devient mal rangé, et le ménage est négligé, même si on essaye de faire le plus important, à cause de la fatigue XL, du manque d'envie...
  • On maigrit ou on grossit
  • le sommeil n'est pas réparateur,
  • On essaye de se reposer le weekend mais au final, ça ne va pas mieux le lundi,
  • Les papiers importants ne sont pas traités et s'empilent (car on fera ça demain, quand ça ira mieux),
  • On se ment à soit même et aux autres en disant que tout va bien, et on refuse toute aide, ce qui augmente le burnout (car appartement mal rangé etc ...)
  • Le temps file à toute vitesse (on passe souvent du lundi au vendredi sans s'en rendre compte, et parfois on ne sait plus trop quel jour il est,
  • on devient apathique ou on s'énerve facilement et tout devient insupportable.....
  • Etc Etc.

    Il faudra consulter au plus vite son médecin généraliste car c'est le genre de pathologie qu'on ne peut régler seul.

    S'isoler davantage dans des centres "antiburnout" ne convient forcément pas, car renforce l'isolement social et l'idée que c'est une pathologie médicale, il faudra au contraire se sortir de là en forçant à s'investir socialement dans des choses qui vous plaisent vraiment et rencontrer des vrais gens près de chez vous (faire du sport collectif (foot, randonnée, salle de sport et de musculation conviviale, de la danse, des soirées jeu de rôle ou de société dans des clubs, des thés dansants, des reconstitutions historiques en costume, etc etc etc, une activitée qui vous plait vraiment et entouré de beaucoup de personnes pour retisser rapidement des liens sociaux.
    Sachez aussi que le sport et les activités physiques en groupe luttent réellement contre le burnout d'un point de vu médical et redonne un but à sa vie) et se faire un nouveau cercle d'ami.e.s ou reprendre contact avec ses amis pour leur proposer des sorties, des restos, des randonnées et lutter contre l'isolement social, et, même si on n'est pas prêt à les inviter chez soi, (car ça pourrait montrer l'étendu du soucis actuel), vous verrez, bien entouré, avec des gens empathiques, on remonte doucement la pente... même si il faut un an ou plus pour résoudre ce problème de fond.

    Il faudra faire en prévention des autotests pour juger de la gravité du Burnout et la différencié d'une fatigue passagère, car, rappelons le, on ne sait jamais qu'on est en Burnout, c'est toute la magie de cette vacherie.

    Un autotest à faire sans tricher une fois par semaine en prévention comme en burnout pour voir si la situation s'améliore ou pas est par exemple l'autotest de Maslach.
    Il faut s'enfermer dans une pièce seule, répondre en son âme et conscience, lire le résultat et agir en conséquence puis tout effacer.
    On le fait pour soit même et pas pour les proches.

    Ce test est disponible ici:

    Test de maslach en ligne (en pure HTML), qui n'enregistre aucun résultat, venant de MGFRANCE, une association de médecin généraliste:

    >>> Test de Maslach en ligne <<<


    Et surtout, allez voir votre médecin traitant si votre autotest montre qu'il y a un risque de Burnout (facile à traiter) ou un Burnout sévère installé qu'on doit prendre immédiatement en charge.

    Bonne journée à vous tous et toutes !

    Gildas Ribot





Comments est propulsé par CComment

We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.