ban11.jpg

Le TPP (Trans-Pacific Partnership) alias le partenariat trans-pacifique) est un accord qui renforcera la défense du copyright et des biens aux frontières de tous les pays.

Ce traité en cours de négociation a été lancé par les USA, et sa teneur n'a pas été dévoilée au grand public.

Le but du TPP: défendre la souveraineté nationale et la souveraineté de chaque pays ... au profit des grandes corporations, et non pas à celle des citoyens.

Quelques fuites sur les négociations secrêtes montrent que les pouvoirs donnés à la protection du copyright sont démesurés:

Les douaniers pourront par exemple vérifier aux frontières si votre téléphone ou pc portable, tablette contient du matériel piraté (Films, Musique, Pdf)

L'instauration d'une Hadopi (qui a pourtant montré ses limites en France) au niveau mondial (avec l'argent du contribuable) (ce qui ménera peut être à un filtrage du net par DPI du net en systèmatique ?)

Les pays qui tentent de négocier cet accord commercial secret commencent à devenir nerveux et se plaignent:

le premier ministre de Malaisie dit que le "TPP est un partenariat à sens unique, favorisant les pays les plus forts sur les plus faibles",

Au Chili, le négociateur a quitté depuis le mois de février la table de négociation du TPP:

"C'est un danger pour notre pays. Cela restreint nos options pour le développement dans le domaine de la santé, en biologie, et pour notre diversité culturelle, de la conception de nos politiques publiques et la transformation de nos économies"

 

Le fait que la teneur de ce partenariat soit géré par des grandes corporations et qu'il soit négocié en grand secret sans que les citoyens ne puissent consulter la teneur des accords et exprimer leur point de vu pour le bien à tous n'est pas fait pour apaiser la situation.

L'inquiétude de tous grandit avec juste raison.

 

source:

Une problématique récurrente que l'on trouve sur le net: quels sont les limites à ne pas dépasser entre une utilisation légale d'un moteur de recherche ou une utilisation illégale de ce même moteur dans un but criminel, et comment contrôler tout ça?

Microsoft depuis le 28 juillet dernier analyse les mots utilisés pour la recherche sur son moteur de recherche "Bing" et affiche un message d'alerte si des mots clefs sont repérés dans la recherche d'un utilisateur.

Par exemple, si un utilisateur recherche du contenu pédophile sur le moteur de recherche "Bing.com" , il aura le droit (pour le moment, seul BING en Angleterre est concerné) à un message d'alerte que la recherche qu''il effectue est illégale dans son pays.

 

Ce message à caractère informatif à pour but de prévenir le pédophile supposé qu'il est repéré par Bing, et qu'on pourrait le retrouver si il persiste dans ses recherches.

Un message éducatif en somme prévenant de l'illégalité de sa recherche, ce qui ferait baisser de 50% selon une étude la recherche de contenu pédophile sur internet.

(une excellente chose sur le papier)

 

Google par contre se désolidarise de ces popups éducatifs et considère qu'il a déjà un arsenal d'outils suffisant pour parer, traquer et repérer les pédophiles et ne proposera pas un système comme bing de popups bloquant la recherche.

La peur des faux positifs qui bloqueraient des résultats pertinents et légitimes dans certaines recherches légales (ex: étudiant faisant une thèse sur comment combattre la pédophilie) seraient une calamité sans nom

 

De plus ce système pourrait lancer un précédent et demander l'interdiction d'autres domaines comme le téléchargement illégal, la pornographie voir même de mettre dans le même panier les fichiers sous copyright et droits d'auteur des fichiers libres de droits et librement téléchargeables chez certains cyberlockeurs.

Et Google a déjà assez de soucis avec ça en ce moment avec Leakid.

 

 

Source:

En cette première moitié de 2013, une constatation: Google retire deux fois plus de liens de son moteur de recherche qu'en 2012.

Google a donc reçu pour ce premier semestre 2013 de la part des ayants droits plus de 100 millions de demandes de retrait de liens de son moteur de recherche pointant vers des contenus illégaux, soit deux fois plus qu'en 2012 ( 50 millions à la même époque)

Le mois dernier par exemple, 3500 ayants droits ont demandés à google la suppression de 14 millions de liens pointant sur des fichiers qui seraient soumis à des droits d'auteur.

Le soucis est que les ayants droits, vu la masse de liens qu'ils envoient à google (imaginez, 300 000 demandes de retraits de liens par semaine !) ne vérifient pas en réalité si les liens qu'ils demandent à retirer de google sont justifiés ou pas.

Les robots des ayants droits marchent par most clefs, et il suffit pour être repéré comme page potentiellement nuisible à leurs yeux de proposer un fichier zip sur la page avec un nom litigieux: exemple: proposer des pdf sur des trucs et astuces de pro écrit personnellement pour Windows8 et de nommer son zip "Microsoft windows8.1 complete edition pour les cracks.zip", et le proposer en libre téléchargement sur son site.

Le site torrentfreak se régale d'ailleurs des faux positifs générés par les ayants droits qui parfois demandent que leur propre site soit retiré de google car ils ne respectent pas le copyright.

Dernier exemple en date: Microsoft qui a mandaté la société LeakId de surveiller et de faire retirer les liens litigieux de ses produits du moteur de recherche de Google via leur robot qui permet de surveiller certains contenus disponible sur internet, ce que LeakId a bien réussit en demandant que certaines pages du site microsoft.com soit désindexé de google.

Microsoft a réagit au quart de tour face aux faux positifs de LeakId et a demandé la réintégration des pages supprimé de google.

Tout le monde n'a pas la force et la puissance de Microsoft pour faire réintégrer des pages dans le moteur de recherche de google en un coup de cuillère à pot, et combien de webmasters, de blogueurs ont vu certaines pages de leurs sites ou de leur blog désindexé de manière tout à fait illégale pour des demandes illégitimes et automatisées de la part des ayants droits ?

Source

La Russie a donc votée cette année une loi interdisant formellement la propagande issue des milieux LGBT,  une loi fourretout qui permet d'intervenir sur internet, de museler certaines opinions et d'intervenir dans les choix de mode de vie de certains Russes, voir même pendant les jeux olympiques d'Hiver 2014 à Sochi.

Les jeux olympiques d'hiver qui auront lieu en 2014 en Russie apporteront des touristes de tout pays et de tout genre fiers de supporter leurs athlètes: la loi s'appliquera aussi à eux.

Il sera donc interdit de brandir un drapeau arc en ciel (le fameux rainbow flag) qui est le symbole pacifique de la communauté LGBT (car considéré comme de la propagande).

De même porter un teeshirt ou un objet affirmant l'appartenance à cette communauté.

Les athlètes réputé(e)s homosexuels seront aussi étroitement surveillé(e)s.

Si il y a des débordements, ces touristes risqueront 14 jours d'emprisonnement fermes puis une extradition dans leur pays.

Signalons qu'un simple baiser entre personnes du même sexe est punissable par cette loi.

Les associations LGBT du monde entier appellent au boycott des jeux olympiques de Sochi en Russie et mettent en garde les personnes homosexuelles sur cette situation.

 Source

 

368 ouvrages précieux sur l'art appartenant au "The Metropolitan Museum Of Art" ont été libérés et sont directement téléchargeables sur internet pour la grande joie des internautes.