marseille1.jpg

#PointPresse 9/11/2017
 


Tout ce que vous ne devez pas savoir pour conserver le moral... si vous êtes masseur kinésithérapeute !

 


Sur mon télex: 1


à l'assemblée nationale, le ministere des sports etc aimerait développer le rôle des APA dans la prévention à côté des kinés (bref, nous prendre un peu plus de terrain professionel) et surtout,
là, c'est drôle, forcer les étudiants kinés à faire 3 mois de service national... PENDANT LEURS ETUDES... à aider dans les écoles etc ....
Bref, de quoi rallonger de 3 mois le cursus de kiné (étude couteuse au passage, pour jouer aux pions dans les lycées et autres écoles ...
Merci les APA et le ministère des sports de penser à nous ! (ironie)
Pendant les études, c'est quand même un peu limite...
 
je cite:


2. Faciliter l’engagement des jeunes pour une société meilleure tout en facilitant leur insertion professionnelle
 
Par la suite, le second pilier de ce service national offrirait plus de flexibilité. Avant d’atteindre un âge limite à définir, par exemple 25 ans, les participants devraient passer, selon des modalités à déterminer, une période donnée d’engagement au service de la société, période qui pourrait varier de quelques semaines à quelques mois. Ils seraient ainsi amenés à travailler dans les services de l’État, d’une collectivité ou d’un établissement public.
 
Un des modèles à suivre pourrait être le « service sanitaire des étudiants en santé », conduisant dès cette année des étudiants en médecine, pharmacie ou kinésithérapie à intervenir au cours de leur scolarité pendant trois mois dans les écoles et les entreprises, pour mener des actions de prévention.

 

Source:
http://www.assemblee-nationale.fr/15/budget/plf2018/b0273-tIII-a42.asp
 
 


Sur mon télex: 2


 
Autre truc: 27 octobre 2017: certains députés ont tout fait pour nous exonérer des DAP et DEP et autre MSAP (merci à eux):
Le camouflet est total: ce gouvernement est contre.
 
 
Je cite:

 


M. le président. La parole est à Mme Nicole Sanquer, pour soutenir l’amendement no 711.
 
Mme Nicole Sanquer. L’amendement a pour objet de supprimer les alinéas 1 à 6 de l’article 43. Cet article prévoit la possibilité de mise sous accord préalable des prescriptions effectuées par les masseurs kinésithérapeutes, sages-femmes et infirmiers.
 
(L’amendement no 711, repoussé par la commission et le Gouvernement, n’est pas adopté.)
 
M. le président. La parole est à Mme Nicole Sanquer, pour soutenir l’amendement no 705.
 
Mme Nicole Sanquer. Cet amendement vise à supprimer l’exonération d’une éventuelle mise sous accord préalable – MSAP – pour les actes réalisés en application d’une prescription quantitative. Une telle disposition constituerait une véritable régression pour un grand nombre de professions, qui ont développé depuis de nombreuses années – à la demande de l’assurance maladie et dans un souci d’efficience du parcours de soins – la réalisation d’un bilan leur permettant de déterminer le nombre de séances à effectuer après évaluation du patient. En outre, notamment en ce qui concerne la prescription de soins de masso-kinésithérapie, la prescription quantitative obligatoire a été abandonnée depuis 2000. Le maintien de cette disposition nierait l’évolution actuelle de la formation initiale de nombreuses professions de santé, car elle suppose que les professionnels ne sont pas aptes à déterminer la durée des soins de leurs patients, et que seule une prescription quantitative peut les exonérer de tout contrôle.
 
M. le président. Quel est l’avis de la commission ?
 
M. Olivier Véran, rapporteur général. Défavorable.
 
M. le président. Quel est l’avis du Gouvernement ?
 
Mme Agnès Buzyn, ministre. Même avis.
 
M. le président. La parole est à Mme Annaïg Le Meur.
 
Mme Annaïg Le Meur. Je soutiens l’amendement de Mme Sanquer. Il me semble, toutefois, que ce n’est pas le seul article 43 qui doit être remis en question, mais le système global des ententes préalables. Il conviendrait donc de viser, à mon sens, l’article L. 162-1-15 du code de la Sécurité sociale. Il est évident qu’actuellement, les professionnels de santé, tels que les masseurs-kinésithérapeutes, s’organisent et développent de manière croissante leurs compétences. Je pense donc qu’à l’avenir, il faudra revoir cette notion d’entente préalable, qui, en établissant une distinction entre prescriptions quantitatives et non quantitatives, nous pose une limite. De fait, depuis 2000, nous ne sommes plus soumis à des prescriptions quantitatives, et le fait de proposer des référentiels nous apporte une limitation.
 
(L’amendement no 705 n’est pas adopté.)
 
M. le président. La parole est à Mme Nicole Sanquer, pour soutenir l’amendement no 697.
 
Mme Nicole Sanquer. Cet amendement a pour objet d’ajouter un paragraphe visant à imposer une mise sous accord préalable aux professionnels de santé uniquement dans le cas où le nombre moyen de prescriptions effectuées est supérieur à la moyenne des autres professionnels de santé exerçant la même profession dans le ressort de la même agence régionale de santé ou du même organisme local d’assurance maladie.
 
(L’amendement no 697, repoussé par la commission et le Gouvernement, n’est pas adopté.)
 
(L’article 43 est adopté.)


Source: http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2017-2018/20180033.asp
 

 


Sur mon télex: 3


 
 
Des choses amusantes:
Deposer un amendement puis faire voter un autre amendement pour dire que l'amendement d'avant n'est pas le bienvenu.....
 
Comme
"DEMAIN IL Y AURA DE LA BIERE GRATUITE !
(mais seulement si vous vous appelez Jean de la motte de tartempion né à Dreux le 12/10/1904)
 
Quel bazar ...
http://www.assemblee-nationale.fr/15/amendements/0269/AN/1021.asp
 


Pfiouh, c'est fini pour aujourd'hui


 
C'est bordélique, mais je note tout...
 
Bonne journée à vous

Cordialement, Gildas Ribot