ban5.jpg

L'impossible réinvention de la masso-kinésithérapie

pour comprendre le succès et la perte de la masso-kinésithérapie et réinventer sa renaissance, il faut repartir dans les livres d'histoire, et explorer le XIXe-XXe siècle.

 

 

Étrangement le succès de la masso-kinésithérapie a toujours été lié à celle du gouvernement.

-Il fallait que le corps de nos soldats soient les plus forts par rapport à ceux de nos ennemis.

-Il fallait renforcer ses corps, les rendre plus sains et réparer ceux qui était abîmés.

 

Il faut savoir que le succès des Jeux Olympiques à l'époque est lié aussi à celle des armées.

Tous les premiers athlètes qui concouraient au Jeux Olympiques du départ étaient des militaires.

les Jeux Olympiques de l'époque au final étant la représentation de la force militaire d'un état et sa puissance.

On avait donc deux pôles à cette époque : le monde de l'athlète, pour endurcir et rendre fort les militaires avec une préparation physique:  des méthodes furent créé comme l'hébertisme, le naturisme,
et un autre monde celui de la conservation de ses capacités physiques avec la rééducation pour remettre les hommes abîmés par la guerre au combat.

c'est dans cette optique revancharde que fut créée et mise au point tranquillement la masso-kinésithérapie.

Outre le côté guerrier de cultiver le corps à sa force à sa résistance à son agilité,

Le corps est aussi un moyen à la mère patrie de gagner de l'argent.

le corps de l'homme à l'époque était vu par les politiques comme une arme une puissance et aussi une source de revenue pour l'état.

On a besoin de corps puissant pour moissonner, travailler dans les usines, monter des murs et avoir ainsi de bons ouvriers pour construire un pays.

on a besoin d'une armée avec des corps impressionnants pour montrer sa force à l'ennemi

on a besoin aussi de corps sain et d'esprit sain bien formatés parfois pour fonder des familles saines et nombreuses pour continuer ce grand projet du XIXe siècle.

Toute une imagerie d'Épinal se crée autour du corps et son image dans ces années-là, images qui vont parfois déboucher sur des horreur historiques et une guerre immonde.

L'époque était aussi assez misogyne on s'inquiétait très peu au final du corps de la femme qui a eu un mal fou à s'émanciper.
Les féministes ont eut un mal fou à faire accepter leur corps à la société et il faudra attendre par exemple Coco Chanel et d'autres personnes pour enfin commencer à mettre le corps des femmes à la hauteur de celui des hommes.

Au final si on fabriquait des corps, des corps puissants et formatés qui reflètent une idéologie d'État il fallait aussi les entretenir voir les réparer.
le mythe de l'homme immortel, puissant, fort, a été mis à mal dans l'idéologie de l'État quand ses mêmes corps revenaient de guerre: on avait par exemple les gueules cassées à la Première Guerre mondiale qui cassa ce mythe de l'homme invincible.


La force des images souvent prise en photo des corps abîmés les gueules cassées à été donc plus forte que tout l'imagerie populaire tricotée par l'idéologie de l'état de l'époque.

il fallait trouver un moyen de s'excuser des conséquences et de proposer des solutions pour remettre au travail ou dans les armées tous ces corps abîmés.

on a donc créé progressivement un métier composite: le mariage qui semblait improbable des préparateurs physiques qui créaient ses corps fantasmés avec les infirmiers qui réparaient ses mêmes corps.

rappelons aussi qu'à l'époque le concept même de sport loisir n'existait pas.
Les métiers manuels étant le plus souvent physiques on n'avait pas les moyens ni l'envie ni le temps de le faire.
Les métiers physiques en plus à cette époque étaient peu considérés voire même moqués.
le métier de feignant par exemple existait vraiment c'était juste des portefaix.
Ils portaient des charges très lourdes avec leurs corps et passaient leur temps parfois à attendre de transporter d'autres choses... L'imagerie populaire n'a retenue que leurs phases de repos et de récupération et non pas les efforts brefs et parfois monstrueux de manutention qu'ils faisaient pour leur métier.

l'État avait donc trois priorités à l'époque:
-fabriquer des corps puissants sains, robustes, forts,
-Et entretenir ces mécanique créés de toute pièce.

-et assurer son SAV.

 

C'était l'âge d'or de la masso-kinésithérapie.

 

si on devait chercher une cassure, un changement de cap, on pourrait fixer une date autour des années 60.
Mai 68 a dénoncé tout ça, tout ce que je viens de citer auparavant.
La misogynie, la pensée revancharde, le culte du corps comme objet d'État.

Mais cette zone de transition (années 1940-1970) a apporté aussi son lot d'erreur et de jugements:
Autant le corps des hommes et des femmes ont été redonné aux citoyens par l'état
-Perte d'influence du monde militaire,
-début du planning familial et de la libre disposition des femmes à disposer de leur propre corps  et de leurs propres vies et autonomie(enfin !)
(Je rappelle que ce n'est qu'à partir de 1965 que les femmes ont eu le droit d'ouvrir des comptes en banque à leur nom et de faire des chèques sans passer par l'accord du père ou de leur mari
http://madame.lefigaro.fr/societe/le-13-juillet-1965-les-femmes-pouvaient-enfin-ouvrir-un-compte-sans-lautorisation-de-leur )
- droit des citoyens à se reposer, d'avoir des loisirs

Autant ils furent poussés à la compétition entre eux.
Début de la société de compétition avec la fin du patriarcat (d'état et de famille).
Début du monde de l'image sociale des citoyens, du paraître (et donc de la societe de consommation: ex: la voiture comme symbole de réussite sociale etc)
Et donc du monde du spectacle finement décrit par M. Deleuze.

Les masso-kinésithérapeutes sont donc passés progressivement de l'entretien des corps comme machine économique et guerrière d'état à l'entretien des corps comme moyen de représentation des citoyens pour leur image.
et on est passé progressivement du monde des soins purs à un métier visant le bien-être pour conserver ce potentiel de santé, rester jeune et être le moins abîmés possibles, "le paraître" comme nouveau moteur economique.

De "Garde du corps", on est donc passé à  "conseiller du corps"...

Dans les années 2000,  internet a chamboulé tout ça.
la connaissance devient de plus en plus difficilement monétisable depuis qu'elle est mise à disposition gratuitement sur les réseaux.
les gens peuvent desormais accéder facilement aux documents internes qu'on utilise qui était parfois difficile de trouver avant, même pour nous.

de plus l'informatique a fait d'immenses progrès avec l'arrivée progressive de l'intelligence artificielle.
L'intelligence artificielle se trompe desormais de moins en moins que l'humain.
Tous les métiers de conseils sont donc menacés à court terme.

Notre place et notre fonction se réduisent au fur et à mesure comme peau de chagrin.

Il faut donc investir dès maintenant d'autres formes de fonctionnement.
Pour survivre il ne faut pas investir les métiers de conseil car bientôt les machines le feront mieux que nous.
il ne faut pas non plus replonger dans un système de patriarcat où le kiné impose des choix de société, comme au 19e, 20e siècle.

les métiers qui sont voués à rester sont les métiers manuels et les métiers d'empathie.
C'est-à-dire tout ce que les machines informatiques pourtant de plus en plus finaudes grace à l'intelligence artificielle n'arrivent pas à reproduire.

Des physiothérapeutes américains ont sentis ce mouvement venir et commence à réinventer le métier.
je pense qu'on est qu'au balbutiements de Belles choses à venir :
Pour moi la méthode McKenzie ou le rolfing ne sont que les premiers pas vers une prise en charge globale de l'être humain par les masso-kinésithérapeutes.
Pour survivre il faudra remettre l'humain et le social au cœur de la santé c'est un pari que les masso-kinésithérapeute doivent faire de toute urgence avant de disparaître s'il ne le font pas à temps.


Je pense qu'on est arrivé à un point que Franck Herbert a finement analysé dans son œuvre de science-fiction "Dune" des années 1970 comme le point du "jihad Butlerien",
ce moment crucial où l'humanité a dû se débarrasser de toutes les machines pensantes et trop intelligentes pour survivre.
je pense qu'on va arriver progressivement à une forme de saturation dans notre société des systèmes informatiques, d'Internet,et si le kiné arrive à proposer quelque chose qui ne soit pas en rapport avec l'informatique, ses machines, son intelligence artificielle, on pourrait recréer quelque chose d'humain pour être humain en souffrance, et redonner du temps humain à l'humanité, ou disparaître définitivement.

 

Et il y a du boulot pour changer tout ça et trouver des solutions..

 

GR